sans titre-3699

 

 

 

 

 

Je tombe, je m’écoule,
Seul, froid, frappant la roche,
En suivant le lit profond,
De l’écoulement du temps,
Sans répis, sans pause,
Tout au long je cris, je hurle, je siffle,
Je pétris, j’érode, j’imprime mon empreinte,
 
Que vais je laisser derrière moi,
L’horloge continuera à tourner,
Egrenant le temps gouttes après gouttes,
Tout au long du grand chemin,
Au bout c’est l’estuaire de ma vie,
Là où va se diluer ce fin ruisseau
Et disparaitre à jamais…