Lune,
Cette blancheur fine,
Cette pâleur divine,
J’aime tout de toi,
Je connais tout de toi
Même si tu gardes

L’une
De tes faces cachée.
Est-ce pour préserver
L’indispensable part de mystère
D’une beauté féminine ? »

Extrait de Lune (Michel Jonasz)